Escossor, la compagnie!

La taverne de l'Escossor, lieu d'échange et de rencontre.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le proces des animaux

Aller en bas 
AuteurMessage
seme poudre
Homme d'armes
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 24/10/2010
Age : 52

MessageSujet: le proces des animaux   Mer 12 Juin - 8:52

Au moyen age, le statut de créatures de dieu pouvait amener les hommes, mais aussi les animaux à être jugés.
A chaque crime signalé , l'animal était mis en prison ,et avait droit a un avocat pour la défendre au cours du procès.Ce type de procès était en général ouvert au public.La sentence était le plus souvent la mort par pendaison ou la décapitation.

On distinguait trois crimes perpétrés par des animaux:

-les crimes d'animaux domestiques; principalement des atteintes à la personne , à la dégradation des biens d'autrui.Ces actes relevaient de la justice civile.

-les crimes commis par des groupes d'animaux; comme les insectes qui détruisaient les récoltes.Ils étaient jugés par l’Église

-les crimes par complicité ou à caractère sexuel commis avec un homme ou une femme;ce type de crime était souvent associé à de la sorcellerie.

au XIIIè siècle , Philippe De Beaumanoir, jurisconsulte, protesta contre ce genre de procès.Mais c'est seulement aux XVè et XVIè siècle que l'on commença à se retourner contre le propriétaire de l'animal ayant causé le dommage.

voici quelques exemples parmi une très longue liste ,tirés du recueil de Barnabé Warée, dans ses "Curiosités judiciaires" publié en 1859 a Paris:
-1120: mulots et chenilles excommuniées par l’évêque de Laon
-1266: pourceau brulé à Fontenay près de Paris pour avoir dévoré un enfant.
-1314:Taureau pendu dans le Comté de Valois pour avoir tué un homme a coup de cornes.
-1404:Trois porcs suppliciés a Rouvres , en Bourgogne , pour avoir tué un enfant dans son berceau.
-1451:Sangsues excommuniées par l’évêque de Lausanne, parce qu'elle détruisaient les poissons.
-1474:Coq condamné à être brulé, par sentence d'un magistrat de Bâle, pour avoir pondu un oeuf.
-1499:Taureau condamné à la potence pour avoir encorné un jeune homme.
-1585:Expulsion de chenilles du diocèse de Valence par le grand vicaire(toujours par derrière). Ce dernier leur avait octroyé un procureur pour assurer leur défense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvius Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 773
Date d'inscription : 17/07/2009
Localisation : perouges cite libre du prince de Savoie

MessageSujet: Re: le proces des animaux   Mer 12 Juin - 9:51

y a rien sur les morpion

_________________
sylvius cum deum , semper fidelis, Nolite ullam misericordiam mei habere, nullam vestri habebo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escossor.unblog.fr
seme poudre
Homme d'armes
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 24/10/2010
Age : 52

MessageSujet: y'a rien sur les morpions ?   Mer 12 Juin - 17:05

pour les morpions , la pendaison était impossible , la décapitation non plus , donc on leur grattait les testicules avec une griffe d'éléphanteau nain , jusqu’à ce qu'ils meurent !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tymora
Lieutenant
avatar

Messages : 963
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 34
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: le proces des animaux   Mer 12 Juin - 22:51

Nous l'avions fait il y a plusieurs années, rappelez-vous avec le procès des amblevins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escossor.unblog.fr/
Sylvius Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 773
Date d'inscription : 17/07/2009
Localisation : perouges cite libre du prince de Savoie

MessageSujet: Re: le proces des animaux   Jeu 13 Juin - 7:44

exact Micka , nous avions un public fort interressé d'ailleurs

_________________
sylvius cum deum , semper fidelis, Nolite ullam misericordiam mei habere, nullam vestri habebo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escossor.unblog.fr
Phoebus
Magicien
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: le proces des animaux   Dim 5 Jan - 6:33

J'ai retrouvé le texte du procès des amblevins que nous avions monté.

Il y a des références historiques (en fait, j'avais "mixé" les anecdotes de deux procès, et arrangé à ma sauce).

Bises


Phoebus



[b]LE PROCES DES AMBLEVINS







Une table au centre de la scène, où est installé le juge. De chaque côté de la table, un siège sur lequel pourront s'asseoir les plaideurs, maître Bertrand et maître Rambaud. Sur le côté de la scène, un pupitre derrière lequel va s'installer le narrateur.





LE NARRATEUR: Nous sommes à Saint-Julien-Chapteuil, dans le beau pays ponot. Depuis toujours, la culture fait vivre les hommes. On produit ici une lentille dont la réputation lui vaudra, quelques siècles plus tard, une appellation d'origine. Autant dire que les champs font l'objet de toutes les attentions.
Mais cette année, les paysans sont inquiets. Dès le début du printemps, des nuées d'insectes, qu'on appelle charançons ou amblevins, viennent s'abattre sur les jeunes pousses, qu'ils dévorent. Ne sachant plus que faire pour les chasser, les paysans décident de s'en remettre à l'official, c'est à dire la justice de l'Eglise. Ils confient leur défense un avocat, le sieur Bertrand.


LE JUGE: Maître Bertrand, veuillez exposer les doléances de vos clients.


MAÎTRE BERTRAND: Monseigneur, le fléau et la fureur extraordinaire de ces insectes doit cesser. Ils ont causent un préjudice considérable aux habitants de Saint-Julien. Nous vous demandons de visiter les terrains et d'observer les dommages que font les amblevins, puis de prononcer leur excommunication.


LE JUGE: La question est d'importance, en effet. Mais avant tout, je dois nommer un avocat pour leur défense Regardant autour de lui dans la salle d'audience, il repère maître Rambaud qui discute avec un figurant Maître Rambaud, vous êtes commis d'office pour défendre ces insectes.


MAÎTRE RAMBAUD: Et mes honoraires, qui va payer mes honoraires?





LE JUGE: vivement Il suffit!!! plus doux Ces petites bêtes sont des créatures divines; en les défendant, vous défendrez le Seigneur.


MAÎTRE RAMBAUD: ironique gratis pro Deo, en quelque sorte?


LE JUGE: Exactement!!! très solennel Les insectes malfaisants devront comparaître dans huit jours, en ce lieu. J'ordonne que la convocation soit lue, à haute et intelligible voix, sur la place du bourg de Saint-Julien, à l'issue de la messe.


MAÎTRE RAMBAUD: et s'ils ne vont pas la messe? Monseigneur, il faut s'assurer que l'assignation va les atteindre dans leur véritable demeure.


LE JUGE: D'accord. La convocation sera également lue à tous les carrefours avoisinants, et dans les vignes. Maître Rambaud, profitez de ce délai pour vous entretenir avec vos clients.


LE NARRATEUR: on dépêcha ainsi un huissier, qui fut chargé d'aller battre la campagne, pour crier la convocation aux amblevins.


L'HUISSIER: arpentant la scène, et tenant devant lui un grand papier Oyez, oyez. A tous les amblevins, charançons et autres insectes . Je vous fais savoir qu'un procès vous est intenté, par les habitants de la paroisse de Saint-Julien, pour faire juger vos horribles crimes. Dans huit jours, vous devez comparaître devant le tribunal de l'official, à la salle commune. Oyez, oyez...


LE NARRATEUR: Huit jours plus tard, la salle était pleine. Tout le monde attendait impatiemment de voir si les amblevins allaient se présenter à leur procès


LE JUGE: Maître Rambaud, vos clients ne sont pas là. avec agacement Veulent-ils désobéir à la justice de Dieu, dont je suis le représentant?


MAÎTRE RAMBAUD: Non, Monseigneur. Ils n'ont pas pu respecter la convocation, en raison de leur anatomie. Ils ont de toutes petites pattes; ils n'ont pas pu se déplacer aussi vite que le tribunal l'aurait voulu. Et puis, ce déplacement est pour eux un bien périlleux voyage: il manque des bornes, les chemins sont malaisés, les hommes y ont posé des pièges...


LE JUGE: Entendu. Je leur accorde un nouveau délai, de quinze jours, pour venir assister à leur procès, et présenter leur défense J'ordonne que la nouvelle convocation soit lue à haute et intelligible voix, comme la précédente.


LE NARRATEUR: L'huissier repartit par bois et chemins...


L'HUISSIER: même jeu Oyez, oyez. A tous les amblevins, charançons et autres insectes indésirables Je vous fais connaître qu'un procès vous est intenté...Oyez, oyez...


LE NARRATEUR: et quinze jours plus tard, tout le monde était là Le juge prit soin de faire ouvrir grand les portes, pour faciliter l'entrée des accusés On attendit, mais les charançons ne se présentèrent pas!


LE JUGE: Maître Rambaud?


MAÎTRE RAMBAUD: Monseigneur, mes clients ont l'oreille petite. Ont-ils bien entendu la convocation?


LE JUGE: Il suffit! Puisqu'ils ne veulent pas venir, vous plaiderez en leur absence. Maître Bertrand, vous avez la parole.


MAÎTRE BERTRAND: Monseigneur, les habitants de Saint-Julien courent à la catastrophe. La récolte de cette année est menacée. Les charançons paissent dans les champs sans aucun droit. En détruisant les outils du travail des hommes, ils détruisent les volontés de Dieu. C'est un crime sacrilège qui ne mérite qu'une seule sanction: l'excommunication.


LE JUGE: Sans doute... Mais dites-moi, d'abord, vos clients sont-ils de bons chrétiens?


MAÎTRE BERTRAND: Les meilleurs qui soient, Monseigneur. Avant de quérir votre justice, ils ont fait dire des messes, en faveur de la récolte. Ils ont fait bénir les champs, dans l'espoir de faire partir la vermine. Ils ont prié avec ferveur, mais sans succès.


LE JUGE: Cela est bien. Maître Rambaud, qu'avez-vous dire, en défense?




MAÎTRE RAMBAUD: Monseigneur, ces petites bêtes sont aussi des créatures de Dieu: elles ont été voulues et déposées par Lui sur la terre. Chasser les amblevins, c'est s'élever contre la volonté divine.


MAÎTRE BERTRAND: mais les hommes ont la primauté!


MAÎTRE RAMBAUD: ce n'est pas ce que disent les écritures. Le livre de la Création nous indique que Dieu a créé les bêtes les plus basses, comme les amblevins, au matin du sixième jour. Ce n'est que plus tard, au soir du sixième jour, que l'homme a été créé. Les bêtes ont occupé la terre avant les hommes, on ne peut les chasser.


MAÎTRE BERTRAND: Mais les récoltes?


MAÎTRE RAMBAUD: Dans la Bible, Dieu dit: à tout ce qui rampe sur la terre et qui est animé par la vie, je donne pour nourriture toute la verdure des plantes. Pourquoi refuser aux charançons ce que le Seigneur leur accorde?


MAÎTRE BERTRAND: Dans le même livre saint, il est aussi écrit que Dieu a donné aux hommes les fruits pour se nourrir. Voila bien la mauvaise foi des charançons, qui ne lisent pas les versets de la Bible jusqu'au bout!!! voilà bien de mauvais chrétiens!!!


MAÎTRE RAMBAUD: Monseigneur, mes clients ne sont que des bêtes brutes et sans intelligence, qui n'obéissent qu'à leur instinct, et ne demandent qu'à vivre dans la paix.


LE JUGE: c'est entendu. Le Tribunal tranchera la question de l'interprétation des textes sacrés, et rendra sa décision, dans quatre semaines. L'audience est levée.


LE NARRATEUR: Maître Bertrand, l'avocat des plaignants, trouvait que l'affaire était bien mal engagée. Il convoqua à la hâte ses clients, pour leur conseiller de transiger. Après discussions, il demanda au juge d'organiser une audience, pour proposer un accord aux charançons


LE JUGE: Maître Bertrand, vous m'avez fait savoir que vos clients souhaitaient faire une proposition.





MAÎTRE BERTRAND: en effet, Monseigneur, j'ai une solution à proposer. Mes clients, de bonne foi, reconnaissent que les amblevins sont des créatures de Dieu. Ils ont compris que, comme tout être vivant, ils ont besoin de se nourrir. Alors, ils proposent de mettre un terrain à leur disposition, pour qu'ils puissent manger, et vivre en paix, en respectant le travail des hommes.


LE JUGE: Mais pourquoi donc les charançons quitteraient les champs de lentilles, pour aller sur le terrain que vous leur proposez?


MAÎTRE BERTRAND: surpris Mais, parce que vous l'ordonnerez!


LE JUGE: dubitatif Admettons. se tournant vers maître Rambaud Qu'en pensent les amblevins?


MAÎTRE RAMBAUD:ça dépend. Quelles sont les conditions?


MAÎTRE BERTRAND: Nous proposons un terrain vaste et ombragé. La donation sera perpétuelle, à condition que les amblevins respectent l'interdiction de manger les lentilles. Mes clients demandent simplement à être autorisés à s'y réfugier, en cas de guerre ou d'invasion: le terrain permet une bonne surveillance du village, et de la route qui mène au Puy.


MAÎTRE RAMBAUD: et où est-il exactement, ce terrain?


MAÎTRE BERTRAND: au lieudit Le Suc, au coude de la rivière.


MAÎTRE RAMBAUD: vivement C'est se moquer! La terre est stérile, et ne suffira pas à nourrir mes clients. Il n'y pousse que des herbes sèches, et les arbres meurent! Dans ces conditions, Monseigneur, les charançons refusent la proposition des villageois.


LE JUGE: Entendu. Le Tribunal fera donc connaître son jugement, dans deux semaines.


LE NARRATEUR: Deux semaines plus tard, la foule se pressait, pour connaître enfin la sentence. Les villageois allaient-ils être déboutés? Au contraire, les charançons allaient-ils subir les foudres divines, faire l'objet d'anathèmes, de malédictions, voire d'excommunication?


L'HUISSIER: criant Silence, dans la salle! Le tribunal de l'official va rendre son jugement. Silence!


LE JUGE: se prépare à lire, en s'éclaircissant la voix Hum! Hum! Il ouvre la bouche...qu'il garde ouverte.


LE NARRATEUR: Ce procès est très amplement relaté dans un dossier constitué de feuillets manuscrits. Malheureusement, le dernier feuillet, qui contenait le jugement, a été rendu illisible par des souris, qui l'ont grignoté.
On ne sait donc pas quelle fut l'issue de ce procès.
L'Histoire ne dit pas plus si les souris papivores ont été à leur tour jugées.....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tymora
Lieutenant
avatar

Messages : 963
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 34
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: le proces des animaux   Dim 5 Jan - 9:27

Merci.

C'est vrai que c'était sympa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escossor.unblog.fr/
Sassette
Cantinière
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 14/07/2010
Age : 44

MessageSujet: Re: le proces des animaux   Lun 6 Jan - 21:52

c'est carrément super, oui !!! J'adore !! Vous avez du vous amuser à faire ça Very Happy

_________________
Sassette [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le proces des animaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
le proces des animaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les animaux des "Drôles de petites bêtes"
» Mes animaux [Chlo]
» animaux en pompons de laine
» Mes animaux
» Animaux etranges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escossor, la compagnie! :: La taverne :: Livres et Litterature-
Sauter vers: